Anténor Firmin : De l’égalité des races humaines

Au courant littéraire esclavagiste du 18è siècle, succéda celui raciste du 19è. En réponse, les esclaves firent Haïti et leurs théoriciens défendirent par les livres la race noire. C'est dans cette continuité que trois hommes haïtiens se sont levés pour combattre les thèses racistes en cours : Hannibal Price, Louis-Joseph Janvier, Anténor Firmin. Ce dernier s'en prendra en 1885 au champion toutes catégories du racisme, Arthur de Gobineau, et à son Essai sur l'inégalité des races humaines (1855), dans ce livre au titre visionnaire : De l'égalité des races humaines, un incontournable des 100 classiques de la bibliothèque bicentenaire haïtienne. [...] De l'égalité des races humaines appartient au grand mouvement des idées anthropologiques, sociologiques, philosophiques, historiques, littéraires et morales de la fin du 19è siècle et restera actuelle tant que le racisme ne sera pas éradiqué de nos sociétés. [...] [éd. Mémoire d'Encrier, 2005]

L’Ancien et le Nouveau. La production du savoir dans l’Afrique d’aujourd’hui

Comment s'articulent en Afrique, dans le domaine du savoir et du savoir-faire, l'ancien et le nouveau ? que savions-nous hier, et que savons-nous aujourd'hui ? Quelle était hier, quelle est aujourd'hui la part du mythe dans ce que nous croyons savoir ? Et comment définir, dans chaque cas, le noyau dur des connaissances solides et universellement valables ? Quels droits et quels devoirs nous reconnaissons-nous en tant qu'êtres humains, en tant que femmes, en tant qu'enfants, en tant que peuples ou nations, et quelle conscience avons-nous aujourd'hui de ces droits et devoirs ? Quel est l'impact de ce qu'on appelle aujourd'hui la mondialisation sur l'évolution du savoir, du savoir-faire, et de cette conscience des droits et devoirs ? A ces questions, et à d'autres qui y sont liées, le présent ouvrage apporte quelques éléments de réponse. C'est le résultat d'un colloque tenu à Cotonou en octobre 2006 sur le thème : "Savoirs traditionnels et science moderne." Il est dédié à la mémoire de Georg Elwert, africaniste allemand disparu en 2005, dont les travaux sur le Bénin, l'Afrique et le Tiers-Monde restent une source d'inspiration pour beaucoup. [éd. Centre Africain des Hautes Etudes, 2009, Porto Novo]

Kwame Nkrumah : L’Afrique doit s’unir

Kwame Nkrumah, ancien président de la République du Ghana, mort en 1972, expose dans cet ouvrage les problèmes qui se posent encore aujourd'hui à l'Afrique indépendante. Dans ce livre, il dresse un bilan du passé et propose des plans d'avenir pour l'édification et le développement d'une Afrique moderne, capable de jouer pleinement son rôle dans le concert des nations. Kwame Nkrumah n'a cessé de lancer des appels à l'unité africaine. On verra dans ces pages l'importance qu'il attachait à une telle unification, seule voie permettant, selon lui, d'assurer un véritable développement de l'Afrique, dans l'intérêt de tous les peuples qui la composent. [Col. "Le Panafricanisme", éd. Présence Africaine, mai 2009, 9€]

Egyptian An African Language Fondamentally

Ernest Alfred Wallis BUDGE a publié, en 1920, l’un des plus importants dictionnaires hiéroglyphiques de référence à ce jour : An Egyptian hieroglyphic dictionary – With an index of English words, king list and geographical list with indexes, list of hieroglyphic characters, Coptic and Semitic alphabets, etc.

Dans sa longue et si instructive introduction du [...]

Kmt, monothéisme, polythéisme : une mystification !

On parle de monothéisme à propos d’une religion ne reconnaissant qu’un seul « Etre Suprême » ; dont le nom dans certaines religions est « Dieu », le « Créateur du ciel et de la terre ». En revanche, le polythéisme définit l’attitude d’une religion qui reconnaîtrait plusieurs êtres suprêmes ; religion qui [...]

Les Basa et les Pharaons : une affaire de famille !

Dans sa thèse de doctorat soutenue en 1997, Ndigi Oum met en évidence de nombreuses similitudes culturelles entre « les Basa du Cameroun et l’antiquité pharaonique égypto-nubienne[1] ». Un travail d’une exceptionnelle fécondité, dont on regrette vivement qu’il n’ait pas (encore ?) été publié par une maison d’édition panafricaniste, à destination des étudiants [...]

Asε, l’Ancêtre-Mère africaine

Archétype féminin

Asε (Ȝs.t) est le nom de la « Belle Négresse » que les Grecs appelaient « Isis » ; une figure emblématique millénaire des institutions et pratiques spirituelles négro-africaines. Attesté en Afrique dès le IIIè millénaire avant l’ère européenne, ce nom d’Asε a proliféré sous diverses formes dans les langues africaines [...]

L’adieu aux hieroglyphes de Jean Yoyotte (1927-2009)

Jean Yoyotte vient de disparaître. Il n’a eu droit qu’à un court entrefilet dans le quotidien local. Martiniquais d’origine, Jean Yoyotte finit sa carrière d’égyptologue de 1991 à 1997 au sommet de l’institution scientifique comme Professeur au Collège de France. Pourtant Jean Yoyotte n’est connu en Martinique que pour une courte série d’interviews [...]

Du « Pays de l’Arc » au « Pays des Nègres »

Ce ne seraient pas des gens venus du Proche-Orient qui auraient crée ce qu’on appelle « royaume de Basse-Egypte », mais des Africains autochtones de la Vallée du Nil qui y auraient installé des dugu. [...]

Banu et Anu : les premiers hommes selon certaines traditions africaines

Cet article vise à suggérer une hypothèse explicative du fait selon lequel nombre de traditions africaines rapportent que les premiers habitants du Continent-Mère étaient de couleur «rouge» ; ce qui serait apparemment contradictoire avec la couleur noire généralement attachée à la peau des Négro-africains. [...]

Similitudes socio-politiques entre Bambara et Egyptiens prédynastiques

De nombreux indices confortent désormais le fait que la civilisation de Kamê est une civilisation négro-africaine. En conséquence, la compréhension de l’histoire de Kamê ne devrait pas faire l’économie d’une connaissance approfondie de l’histoire des autres civilisations négro-africaines ; et vice versa. [...]

Aux fondements de la linguistique historique africaine

Voici un extrait de l’argument du livre de Cheikh Anta Diop intitulé Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines. Où l’auteur explique l’immense potentiel heuristique de la comparaison des langues africaines avec l’égyptien ancien, dont son ouvrage constitue la première tentative d’exploitation scientifique d’une telle envergure ; avec des résultats particulièrement importants pour l’histoire des sciences en Afrique Noire, notamment par les Africains eux-mêmes. [...]

Des Grands Lacs au Fayoum, l’Odyssée des pêcheurs

Si les auteurs de la civilisation pharaonique apparaissent dès le début comme des agriculteurs, il n’en demeure pas moins qu’ils ont gardé les traces de ce qu’ils ont été avant et pendant l’époque prédynastique (-4000 à -3200), c’est-à-dire des pêcheurs. [...]